Rechercher
Devis gratuitRechercher
Devis gratuit

5 conseils pour limiter le bruit d’une pompe à chaleur

Vous êtes convaincu de l’intérêt des pompes à chaleur. Ces systèmes de chauffage offrent un confort thermique appréciable, promettent des économies d’énergie substantielles et participent à la préservation de l’environnement. Seul hic : vous avez entendu dire qu’ils sont également source de nuisances sonores, causant ainsi quelques problèmes de voisinage. Il est pourtant très facile de limiter le bruit émis par une pompe à chaleur. Retrouvez, dans cet article, les conseils de Saunier Duval pour rendre votre PAC moins bruyante et profiter d’une ambiance sereine et d’une température agréable tout au long de l’année.



D’où proviennent les bruits émis par une pompe à chaleur (PAC) ?

Le principe de fonctionnement d’une pompe à chaleur est très simple : il consiste à capter des calories à l’extérieur de la maison pour les amener vers l’intérieur du logement.

L’appareil comporte donc deux modules :

• Une unité extérieure chargée d’absorber de l’énergie dans son environnement immédiat. Il peut s’agir des calories présentes dans l’air (pompes à chaleur air-air ou pompes à chaleur air-eau), dans le sous-sol du jardin (pompes géothermiques) ou dans les nappes phréatiques (pompes eau-eau) ;

• Une unité intérieure qui transfère les calories récupérées à l’eau du circuit de chauffage.

Rassurez-vous, cette unité intérieure est très silencieuse. Son niveau sonore reste inférieur à celui du brûleur présent dans une chaudière classique.

Le bruit évoqué dans cet article provient surtout de l’unité extérieure de la pompe à chaleur. Cette dernière contient en effet les éléments les plus bruyants :

• Le ventilateur dans le cas d’une pompe à chaleur puisant les calories dans l’air extérieur. C’est la source de bruit la plus importante.

• Le compresseur : il comprime un fluide frigorigène réchauffé et vaporisé sous l’effet des calories captées. C’est ce fluide qui permet ensuite d’augmenter la température de l’eau de chauffage.

• Une possible fonction dégivrage pour les périodes de grand froid.

Les modèles air-air et les pompes à chaleur air-eau sont, par nature, plus sujettes au problème des nuisances sonores (présence conjuguée du ventilateur et du compresseur).


Comment mesure-t-on le niveau de nuisance sonore ?

Les nuisances sonores sont mesurées en décibels A, ou dB(A). Les décibels expriment l’intensité des sons. Voici quelques repères pour mieux comprendre :

• 0 à 20 dB : palier allant du seuil minimal d’audition au simple chuchotement ;

• 25 à 40 dB : le niveau est acceptable, allant de l’ambiance d’un jardin à celle d’un bureau tranquille ;

• 45 à 60 dB : le bruit reste supportable, comparable à celui d’un lave-linge (40 dB) ou d’une conversation (60 dB) ;

• 65 à 80 dB : le niveau de nuisance devient pénible, comme si vous vous trouviez dans une voiture, au milieu de la circulation, ou à proximité d’un aspirateur ou d’une tondeuse ;

• À partir de 90 dB, le bruit devient nuisible, voire dangereux au-delà des 110 dB.

Quant à la lettre A, elle désigne un facteur de pondération qui permet de rendre compte du bruit tel qu’il est perçu par l’oreille humaine (et non du niveau sonore dans l’absolu).

L’unité extérieure des pompes à chaleur émet généralement entre 30 et 65 dB(A) selon les modèles.


Que dit la réglementation sur les nuisances sonores ?

La loi vise à protéger le voisinage de toute nuisance sonore générée par vos équipements, qu’il s’agisse d’une pompe à chaleur ou d’un système de climatisation.

Vous en retrouverez les points principaux dans la section « lutte contre le bruit » du code de la santé publique.

Il y est expliqué qu’aucun bruit, quel qu’il soit, ne doit venir troubler la tranquillité ou la santé du voisinage, dans un lieu public comme dans les espaces privés. Sont pris en compte l’intensité, la répétition et la durée du bruit en question.

Dans le cas des pompes à chaleur, on mesure ce que l’on appelle « l’émergence du bruit » : c’est la différence d’intensité entre le niveau sonore incluant le bruit incriminé (ici, celui de l’unité extérieure) et le niveau sonore habituel. Cette mesure d’émergence ne doit pas dépasser :

• 5 bD(A) pendant le jour (de 7h à 22h),

• 3 bD(A) pendant la nuit (de 22h à 7h).

Ces valeurs peuvent varier selon la durée cumulée pendant laquelle la nuisance sonore se produit. En d’autres termes, un niveau supérieur peut être accepté si le bruit ne dure que quelques secondes ou quelques minutes.

Notons enfin qu’en cas de problème, cette mesure est effectuée chez vos voisins : la distance entre leur propriété et la pompe à chaleur peut largement atténuer le bruit généré. De même que la configuration du terrain.

5 conseils pour limiter le bruit de votre pompe à chaleur

Maintenant que les bases sont posées, voyons comment réduire les nuisances sonores et rester en bons termes avec vos voisins.

  • 1. Le choix du modèle

Si vous prévoyez l’installation d’un nouveau système de chauffage pour votre maison, soyez vigilant sur le nombre de décibels affiché par le fabricant. Certains modèles sont aujourd’hui très silencieux. Ils sont à privilégier si vous disposez de peu d’espace en extérieur.

  • 2. Le dimensionnement

Nous ne le répèterons jamais assez ! Il est important de dimensionner correctement vos besoins en chauffage et en eau chaude, puis de choisir la puissance de votre PAC en conséquence. Un appareil sous ou surdimensionné fonctionnera en continu ou multipliera les arrêts et démarrages intempestifs. Voilà qui ne manquera pas d’agacer votre voisin. Vous pourrez également oublier les économies d’énergie et le confort thermique dont vous rêviez.

  • 3. Le positionnement

C’est un facteur essentiel. Nous vous recommandons les points suivants :

• Désolidarisez la PAC du mur de la maison

Si l’appareil est accolé à l’un des murs de votre habitation, les vibrations engendrées par le ventilateur ou le compresseur risquent de se propager vers l’intérieur de votre logement.

• Surélevez la pompe à chaleur pour empêcher le bruit de courir dans le sol.

• Évitez de la placer dans un coin, un creux, une cour, ou tout ce qui pourrait favoriser l’effet de résonnance.

• Installez-la à bonne distance des fenêtres, des chambres, des pièces à vivre (les vôtres et celles de vos voisins).

• De manière générale, prévoyez une distance suffisante entre la pompe à chaleur et le terrain voisin.

  • 4. L’entretien

Une pompe à chaleur mal entretenue sera toujours plus bruyante qu’un appareil dont le fonctionnement est vérifié chaque année. Pensez notamment à dégager l’unité extérieure de toute obstruction : une branche prise dans le ventilateur risque de produire un bruit conséquent, sans même parler des possibles détériorations.

Obtenez ici votre devis pour l’entretien de votre pompe à chaleur.

  • 5. L’isolation

Si les nuisances sonores s’avèrent vraiment problématiques, vous pouvez envisager des solutions d’isolation : plots anti-vibratiles, écrans phoniques, caisson d’insonorisation. Assurez-vous toujours que l’unité extérieure dispose d’un apport d’air suffisant au bon fonctionnement de la pompe à chaleur.


Les précautions à prendre au moment de l’installation

Nous l’avons vu, la réglementation prévoit certaines limites au bruit ambiant. Un problème de voisinage peut engendrer de fâcheuses conséquences, allant jusqu’à l’obligation de démonter l’équipement si le relevé acoustique vous est défavorable.

Il importe donc de vous protéger et de prendre toutes les précautions nécessaires.

N’oubliez pas de vérifier la question du bruit lorsque vous choisissez votre système de chauffage.

Puis demandez à votre installateur de s’engager sur la conformité de l’installation en matière de nuisance sonore. S’il n’est pas tenu à l’emploi de moyens spécifiques lors de son intervention, il veillera néanmoins à respecter les seuils imposés par la loi. Faites appel à un professionnel qualifié (certifié RGE) pour éviter toute mauvaise surprise et garantir la qualité des travaux.

Ne laissez pas un problème de décibels freiner votre décision de remplacer la vieille chaudière pour investir dans une pompe à chaleur. Les solutions sont aujourd’hui nombreuses et faciles à mettre en œuvre. Votre voisin pourrait bien vous envier votre installation plutôt que de penser à s’en plaindre !

Vous recherchez un installateur professionnel proposant des équipements de qualité ? Parcourez notre gamme de pompes à chaleur et demandez ici votre devis pour l’installation de votre PAC. Nous vous guiderons dans votre choix, ainsi que dans la recherche des aides financières que l’État est susceptible de vous accorder.