Rechercher

Tous responsables

Tous responsables / Tous concernés !

Outre les nouvelles contraintes énergétiques qu’elle impose au secteur du Bâtiment, la Réglementation Thermique 2012 implique une nouvelle manière de construire : moins de contraintes précises, plus d’initiatives du concepteur, plus de collaboration entre tous les intervenants, plus de devoirs pour l’installateur.

Promulguée le 26 octobre 2010, la RT 2012 se concentre sur la performance globale énergétique du bâtiment. Il s’agit désormais d’atteindre les 50 kWhep / m2 / an et ce, quels que soient les moyens mis en oeuvre.

Les principes de base

Cet objectif d’efficacité énergétique se base sur trois baromètres : Bbio, Cep et Tic.

Pour les atteindre, les concepteurs doivent désormais concevoir bioclimatique afin de réduire les besoins énergétiques du bâtiment.

Il s’agit de prendre en compte la forme, l’orientation et l’environnement du bâtiment. L’usage des énergies renouvelables ainsi que des équipements performants devient également incontournable.

Enfin, la réglementation rappelle que les habitants sont aussi garants, sur le long terme, de la performance globale du bâti.

Il est donc primordial de les accompagner dans la bonne utilisation de leurs équipements.

La RT 2012 est un passage obligé vers des exigences qui vont devenir de plus en plus drastiques. À l’horizon 2020, en effet, la maison à énergie positive sera la norme !

Les installateurs responsabilisés

La préoccupation énergétique concerne également les intervenants, responsables de la qualité de mise en oeuvre.

Chaque entreprise est désormais garante du résultat global final et non plus seulement de sa prestation.

Soigner les interventions

La RT 2012 impose de respecter un niveau d’étanchéité à l’air inférieur à 0,6 m3 / h / m2 sous 4 Pa de pression.

Cette exigence concerne tous les corps d’état et suppose une mise en oeuvre soignée, le bon respect des règles de l’art ainsi qu’une vraie rigueur concernant les points de passage d’air (joints de maçonnerie, liaisons de planchers intermédiaires, prises électriques, trappes d’accès au combles, canalisations, VMC…).

Les passages de gaines, conduits et câbles seront dessinés en amont pour éviter les percements non prévus en cours de réalisation.

En fin de chantier, un test d’étanchéité à l’air permettra de confirmer la qualité de mise en oeuvre.

Une véritable coordination entre tous les intervenants est donc indispensable.

Le « commissionnement »

Pour assurer la garantie des performances, l’installateur doit régler et tester les équipements qu’il met en place sur le site.

L’exploitation, l’entretien et la maintenance des appareils doivent également être organisés afin de minimiser les déperditions énergétiques liées à l’encrassement et à l’usure.

L’installateur mettra enfin à disposition des particuliers la documentation et les instructions d’utilisation, voire les former au bon usage des appareils.

Là encore, l’objectif est de réduire le gaspillage et de favoriser les bons comportements.

Des usagers éco-responsables

Pour la première fois dans l’histoire de la Réglementation Thermique, le comportement des occupants est pris en compte.

En effet, la consommation énergétique des équipements équivaut à la majeure partie des émissions de gaz à effet de serre générés tout au long du cycle de vie du bâtiment.

Les gestes quotidiens de chaque usager ont donc un impact important sur les consommations.

Fort de ce constat, les acteurs de la RT ont réfléchi aux moyens d’assurer la meilleure utilisation possible des équipements.

La réglementation impose désormais :

  • La mise en place de moyens de mesure ou d’estimation des consommations du bâtiment poste par poste, capables de permettre à l’usager d’identifier l’origine de ses consommations. Cela concerne le chauffage, le refroidissement, la production d’eau chaude sanitaire et le réseau de prises électriques (électroménager, informatique…)11.
  • La délivrance d’informations aux occupants, de manière mensuelle ; si le logement est relié à un système collectif de production d’énergie, la répartition des consommations par habitant sera réalisée en fonction d’un ratio définit par le maître d’ouvrage.