Rechercher
Devis gratuitRechercher
Devis gratuit

Comment bien entretenir sa pompe à chaleur (PAC) ?

Vous venez de remplacer votre vieille chaudière par une pompe à chaleur ? Félicitations ! Vous disposez maintenant d’un système de chauffage efficace, qui ne nécessite plus ni fioul ni gaz, et vous promet de réaliser quelques jolies économies d’énergie. Reste à en organiser la maintenance. La réglementation est claire : l’entretien de votre PAC est une obligation et vous n’avez pas l’intention d’oublier cette inspection régulière. Mais peut-être vous posez-vous quelques questions. Que vous faut-il vérifier ? Qu’apporte l’intervention d’un professionnel ? Voici les points à retenir pour comprendre comment bien entretenir sa pompe à chaleur.



Qu’apporte l’entretien régulier de la pompe à chaleur (PAC) ?

Pour que votre nouvelle installation ait un impact significatif sur vos factures de chauffage, il est essentiel d’en maximiser le rendement énergétique (voir notre article sur les économies d’énergie réalisables avec une pompe à chaleur). Une PAC mal réglée consommera plus que prévu et ne vous fournira pas le confort thermique espéré. La visite d’entretien permet notamment de vérifier que le système fonctionne de manière optimale.

Elle vise également à supprimer les petits dysfonctionnements qui pourraient, à terme, diminuer la durée de vie de la pompe à chaleur, ou même causer quelques pannes intempestives. L’investissement est conséquent et vous voulez le rentabiliser rapidement ? Vous n’avez aucune envie de vous retrouver sans chauffage ni eau chaude l’hiver prochain ? Mettez toutes les chances de votre côté et ne négligez pas l’entretien régulier de votre PAC !

Autre bénéfice évident : vous vous mettez en conformité avec la réglementation (à consulter : décret n°2020-912 du 18 juillet 2020, et arrêté du 24 juillet 2020 relatif à l’inspection des systèmes thermodynamiques). Suite à sa visite, le professionnel auquel vous ferez appel vous transmettra une attestation décrivant son intervention. Elle vous sera réclamée par votre assurance en cas d’incident.

Nous verrons dans cet article que la pompe à chaleur contient par ailleurs un fluide frigorigène potentiellement toxique. Un bon entretien permet donc d’éviter les fuites, de garantir votre sécurité et de préserver l’environnement.

Demandez sans attendre votre devis pour l’entretien de votre pompe à chaleur ! Et si le système est grippé, contactez-nous pour organiser le dépannage de votre installation.


Comprendre le fonctionnement de la pompe à chaleur

La pompe à chaleur fonctionne selon les principes de la thermodynamique : il s’agit d’utiliser l’influence réciproque entre pression et température pour mieux chauffer votre logement et l’eau sanitaire que vous utilisez dans la cuisine ou la salle de bain. En voici le fonctionnement en quelques étapes simples :

1. L’unité extérieure de la PAC capte les calories de son environnement.

C’est ce que l’on appelle la source froide. Le système puise les calories dans l’air extérieur, dans le sol du jardin, ou même dans l’eau d’une nappe phréatique si la maison est construite à proximité. Si la PAC est autant plébiscitée, c’est qu’elle utilise une énergie gratuite et renouvelable !

2. Les calories récupérées sont utilisées pour chauffer le fluide frigorigène circulant dans l’unité intérieure de la PAC (elle-même située dans une pièce annexe de votre logement par exemple).

Sous leur effet, le fluide s’évapore puis s’achemine vers le compresseur qui en augmente la pression.

3. Le fluide vaporisé, comprimé et échauffé se condense et, ce faisant, transmet son énergie au circuit de chauffage.

On parle ici de source chaude. La chaleur générée est envoyée vers les radiateurs ou le plancher chauffant si le bâtiment en est équipé.

4. Le fluide condensé et refroidi a retrouvé son état liquide et peut ainsi repartir pour un nouveau cycle.

Les pompes à chaleur se distinguent par les équipements utilisés pour assurer ce cycle, mais aussi et surtout par la nature de la source froide ou chaude. Nous verrons dans la suite ce que cela implique pour l’entretien.


Quelques opérations de maintenance élémentaire

La plupart des pompes à chaleur fonctionnent sur le schéma air / eau : les calories sont captées dans l’air extérieur pour être transmises à l’eau du circuit de chauffage. L’air est la source froide, l’eau est la source chaude.

Retrouvez ici notre gamme de pompes à chaleur air / eau.

Vous pouvez alors procéder à une inspection régulière de l’unité extérieure : assurez-vous que l’air circule bien autour de l’appareil. Dégagez-le des branches et des feuillages qui pourraient l’obstruer et créer une isolation artificielle. Ce phénomène empêcherait le renouvellement naturel de l’air se trouvant à proximité. Il limiterait le nombre de calories disponibles et, par voie de conséquence, le rendement énergétique de la pompe à chaleur.

Si vous vous absentez pour une longue période, couvrez la PAC inactive pour mieux la protéger.


Que doit vérifier le professionnel lors de la visite d’entretien ?

La réglementation précédemment citée indique que toutes les pompes à chaleur d’une puissance nominale comprise entre 4 et 70 kW doivent être contrôlées au moins une fois tous les 2 ans. Pour les PAC de puissance supérieure, la fréquence d’entretien passe à 5 ans. Voici ce que fera le professionnel contacté :

• Vérification et réglage du système thermodynamique,

• Vérification des connexions électriques,

• Si nécessaire, nettoyage du système thermodynamique,

• Contrôle de l’étanchéité du circuit contenant le fluide frigorigène.

Il vous donnera en outre quelques conseils bien utiles pour optimiser les performances de votre pompe à chaleur comme de votre système de chauffage. Si votre installation montre des signes de faiblesse, il pourra enfin préconiser son remplacement à plus ou moins long terme.


La gestion du fluide frigorigène

Revenons sur l’un des points mentionnés. Le liquide frigorigène nécessite en effet une attention toute particulière puisqu’il se compose de substances halogénées nocives pour l’environnement.

Il en existe plusieurs types selon le constructeur et l’âge de la pompe à chaleur :

• Les CFC (chlorofluorocarbures) et les HCFC (hydrochlorofluorocarbures) : ils contiennent notamment du chlore, susceptible de provoquer l’effet de serre responsable de l’altération de la couche d’ozone. Ils sont désormais interdits. Si votre pompe à chaleur est suffisamment ancienne pour en contenir, le chauffagiste a l’obligation de le remplacer.

• Les HFC (hydrofluorocarbures) : les plus courants aujourd’hui puisqu’ils ont un moindre impact sur la couche d’ozone.

Vous ne pouvez manipuler seul ce fluide frigorigène, quel qu’il soit. Le professionnel procédera à son remplacement tous les 5 ans environ afin de garantir un fonctionnement optimal de la pompe à chaleur. Il récupèrera le liquide usagé pour le faire détruire ou recycler.


Cas de la PAC air / air

Les pompes à chaleur air / air ne sont pas connectées à un circuit de chauffage classique.

Plutôt que de transmettre la chaleur générée à l’eau de chauffage, elles la diffusent directement dans l’atmosphère de votre logement à l’aide de ventilo-convecteurs.

Le modèle air / air est parfois réversible et offre une fonction climatisation pour les périodes de grande chaleur.

Au nettoyage de l’unité extérieure, il vous faudra ajouter le dépoussiérage régulier des bouches insufflant l’air chauffé dans les pièces de votre logement. Il en va de la qualité de ce que vous respirez.


Cas de la PAC géothermique

C’est ici la source froide qui diffère : les calories sont puisées dans le sol ou dans l’eau des nappes phréatiques. Ce type de pompe à chaleur exige des travaux d’installation conséquents mais offre également un rendement énergétique plus important.

Cette énergie de source géothermique est récupérée par des capteurs enfouis dans votre terrain. Dans leurs tuyaux circule un fluide caloporteur permettant d’amener la chaleur vers l’unité interne de la pompe à chaleur puis l’ensemble du système de chauffage.

Ce fluide caloporteur peut être de l’eau ou de l’eau additionnée de glycol pour éviter qu’elle ne gèle par temps froid. Lors de l’entretien, il faudra vérifier que la pression du module hydraulique de la pompe à chaleur s’accorde à celle du circuit de chauffage. Si ce n’est pas le cas, l’installation risque de se placer en mode sécurité.

Le fluide caloporteur sera remplacé tous les 5 ans en veillant à en respecter la composition initiale, ainsi que préconisé par le constructeur.

Tout comme les chaudières à gaz ou au fioul, la pompe à chaleur nécessite un minimum d’entretien afin d’assurer son bon fonctionnement et garantir la maîtrise de vos factures de chauffage. Pour mieux planifier cette indispensable maintenance, consultez notre article expliquant comment procéder concrètement.

Votre chaudière à gaz vieillit et vous souhaitez la remplacer par une pompe à chaleur ?

Contactez-nous pour discuter de l’ampleur des travaux, évoquer les aides possibles et obtenir un devis d’installation.